Publicité

Bénin : la marche des syndicats contre la cherté de la vie est interdite par la police

La marche prévue ce samedi 27 avril 2024 par les syndicats béninois pour protester contre la cherté de la vie et exprimer leur mécontentement face à d'autres problématiques sociales a été interdite par les autorités policières. Malgré la mobilisation des syndicalistes à la Bourse du travail de Cotonou, les voies d'accès ont été bloquées par la police républicaine.

Des populations attendent devant une barricade de la police républicaine non loin de la Bourse du travail à Cotonou. ©

Des populations attendent devant une barricade de la police républicaine non loin de la Bourse du travail à Cotonou. ©

Elle n'aura pas lieu. La marche contre la vie chère, qui devait être organisée ce samedi 27 avril à Cotonou par les syndicats béninois, a été interdite par la police républicaine. La Bourse du travail, point de départ prévu pour la manifestation, a été entourée d'un important déploiement policier, empêchant ainsi tout rassemblement.

 

Une barricade installée par la police républicaine non loin de la bourse du travail 

 

Selon Bip radio, les accès menant à la Bourse du travail, notamment le boulevard Saint Michel, par l'unafrica, la pharmacie camp ghézo, le ceg gbégamey et l'école Charles Guiot, sont actuellement interdits d'accès. Des grilles et des policiers ont été déployés pour bloquer toute tentative de rassemblement. Selon nos informations, la marche a été dispersée par la police républicaine.

 

 

Cette marche était une initiative soutenue par trois centrales et confédérations syndicales majeures, à savoir la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa-Bénin), la Confédération générale des travailleurs du Bénin (Cgtb) et l’Union nationale des syndicats des travailleurs du Bénin (Unstb). D'autres organisations telles que la Confédération des organisations syndicales indépendantes (Cosi-Bénin) avaient également apporté leur soutien.

 

 

Les syndicalistes avaient appelé la population à se joindre à la marche et à exprimer leur mécontentement face à l'augmentation des prix des produits de première nécessité. En plus de la cherté de la vie, cette manifestation visait à dénoncer les violences policières liées à la répression des infractions au code de la route, ainsi que les conditions sociales précaires des travailleurs et des populations.

 

LIRE AUSSI : Bénin : un commissaire de police limogé à Cotonou et des policiers arrêtés 

 

Les manifestants entendaient également protester contre ce qu'ils considèrent comme une politique destructrice de l'État, qui aurait échoué à prendre ses responsabilités en matière de hiérarchisation des salaires dans les secteurs privé et parapublic.

 

Malgré l'interdiction de la marche, les syndicalistes ont affirmé être présents à la Bourse du travail, selon les déclarations du Secrétaire général de CSA, Anselme AMOUSSOU, à une radio locale. Les syndicats et les organisations de la société civile continuent de chercher des moyens de faire entendre leurs voix et de défendre les droits et les intérêts des travailleurs et des populations les plus vulnérables.
 

Dans la même catégorie
Le porte-parole du gouvernement béninois, Wilfried Léandre Houngbédji. © Présidence du Bénin

Crise Bénin-Burkina : Cotonou annonce l'accueil de 5000 réfugiés burkinabés

Alors que les tensions s'exacerbent entre le Burkina Faso et le Bénin voisin, Cotonou a accueilli il...

Interpol. Image d'illustration

Afrique de l’Ouest : 300 interpellations dans une vaste opération contre la fraude financière d’Interpol

Pendant trois mois, l'Organisation internationale de police criminelle (Interpol) a mené une opération...

Un char de l'armée béninoise lors d'un défilé à Cotonou

Le Bénin sécurise son armement avec un système de marquage des armes

Conformément aux directives de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), le Bénin...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire