Publicité

Tensions à Natitingou suite à une bavure policière : 4 policiers et l'auteur de la vidéo en prison, la population réclame justice

Le tribunal de première instance de deuxième classe de Natitingou a été le théâtre de vives tensions ce lundi 15 avril 2024 alors que le parquet examinait l’affaire de bavure policière survenue à Didapoumbor le vendredi 12 avril 2024. La population, privée d'accès à la salle d'audience, a exprimé sa colère en bloquant une route principale et en affrontant les forces de l'ordre. Quatre policiers ainsi que l'auteur de la vidéo incriminant ont été placés en détention, tandis que la victime a été libérée. Une nouvelle audience est prévue pour le mois de mai 2024.

Entrée du tribunal de Natitingou

Entrée du tribunal de Natitingou

Lundi 15 avril 2024, le tribunal de première instance de deuxième classe de Natitingou a été le théâtre de vives tensions lors de l'audience relative à une affaire de bavure policière survenue à Didapoumbor le vendredi 12 avril 2024. La situation a rapidement dégénéré lorsque les populations, venues en nombre pour assister au procès, ont été empêchées d'accéder à la salle d'audience.

 

La frustration et l'indignation de la population ont atteint leur paroxysme à Natitingou. Les habitants, désireux d'assister au procès concernant la bavure policière dans le 3ème arrondissement, ont été confrontés à un refus d'accès à la salle d'audience le lundi 15 avril. Face à cette mesure, ils ont décidé de bloquer la route inter-État Natitingou-Tanguiéta, exigeant la libération des civils arrêtés et des sanctions sévères à l'encontre des agents de police impliqués, d'après des sources locales.

 

La situation s'est rapidement tendue, avec des affrontements entre la population et les forces de l'ordre. Des jets de pierres ont été lancés en direction d'un véhicule de la police républicaine, conduisant les agents à faire usage de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.

 

Dans le même temps, la police a procédé à l'arrestation de certains manifestants impliqués dans les troubles, après avoir fait usage de gaz lacrymogène. Au total, cinq personnes ont été appréhendées pour des actes de vandalisme. Elles seront présentées au procureur le mardi 16 avril 2024.

 

Des policiers déposés en prison

 

Pendant ces événements à l'extérieur, à l'intérieur du tribunal, les sept personnes interpellées dans le cadre de l'affaire de bavure policière ont comparu. Leurs témoignages ont été entendus au cours de l'audience. À l'issue de celle-ci, la victime de la bavure policière ainsi que son ami ont été libérés. En revanche, quatre policiers impliqués dans l'incident ainsi que l'auteur de la vidéo dénonçant la scène ont été placés en détention. Une nouvelle audience est programmée pour le 15 mai 2024.

 

La diffusion virale d'une courte vidéo sur les réseaux sociaux la semaine précédente a mis en lumière des policiers infligeant des coups à un civil en infraction à Natitingou. Les images montrent le civil allongé au sol à côté de sa moto, recevant des coups de rangers de la part des agents. Cette affaire a suscité une vive indignation sur les réseaux sociaux et au sein de la population, qui dénonce la violence policière et réclame justice pour la victime.

 

 

 

Dans la même catégorie
Des policiers béninois. Image d'illustration

CRIET : le commissaire de Kompa et un policier déposés en prison

Le commissaire de police de Kompa dans la commune de Karimama, Maxime Adjidowé, a été placé en détention...

L'ex-président guinéen Moussa Dadis Camara risque la prison à perpétuité pour crimes contre l'humanité

Perpétuité requise contre Moussa Dadis Camara pour le massacre du 28 septembre en Guinée

Au procès du massacre du 28 septembre 2009 en Guinée, le procureur a requis ce mercredi 22 mai 2024 la...

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou

Guerre à Gaza : la CPI réclame des mandats d'arrêt contre Netanyahou et des chefs du Hamas

Ce lundi 20 mai 2024, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a demandé l'émission de mandats...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire