Publicité

Mali : des magistrats saisissent la Cour constitutionnelle pour mettre fin à la transition de Goïta

Au Mali, des magistrats et des procureurs ont saisi la Cour constitutionnelle le jeudi 28 mars 2024 avec une requête. Ils ne reconnaissent plus la légitimité du régime de transition dirigée par le colonel Assimi Goïta et demande sa fin.

Le président de la transition malienne, Assimi Goïta

Le président de la transition malienne, Assimi Goïta

Le gouvernement de la transition du Mali n'est plus légitime. C'est ce qu'a dénoncé la Référence syndicale des magistrats (Refsyma) et l’Association malienne des procureurs et poursuivants (AMPP) à travers une requête déposée à la Cour constitutionnelle le jeudi 28 mars 2024.

 

Venu au pouvoir après le coup d'État militaire d'août 2020, le gouvernement de transition avait annoncé la fin de la transition pour le mardi 26 février 2024. Une fois l'échéance arrivée, aucun communiqué officiel n'a été fait pour l'annoncer et le gouvernement de la transition est toujours en place. Une chose qui n'est pas du goût de la Référence syndicale des magistrats (Refsyma) et de l’Association malienne des procureurs et poursuivants (AMPP), qui sont toutes deux des organisations, membres de la coalition d’opposition Appel du 20 février.

 

LIRE AUSSI : Au Mali, la nouvelle constitution a été définitivement adoptée 

 

Ces deux organisations demandent à la Cour constitutionnelle malienne de « reconnaître que les autorités actuelles n’ont plus de mandat légitime et d’organiser une nouvelle transition incluant toutes les composantes de la nation, y compris l’armée républicaine, en vue de l’organisation d’élections pour le retour à l’ordre constitutionnel ».

 

Ces magistrats et procureurs demandent aussi de cesser les atteintes aux libertés publiques.  Pour eux, il est nécessaire « de préserver les acquis démocratiques ». Il y a deux ans et demi, le président de ces deux organisations Cheick Mohamed Cherif Koné, à cause de ses critiques sur l’instrumentalisation de la justice, avait été démis de ses fonctions de premier avocat à la Cour suprême malienne et ensuite radié de la magistrature.

 

Dans la même catégorie
Des députés à l'Assemblée nationale du Bénin

Parlement béninois : une première session parlementaire 2024 productive avec 17 lois adoptées

Lors de la première session ordinaire 2024, l'Assemblée nationale du Bénin a adopté 17 lois et autorisations...

L'ex-président du Bénin, Thomas Boni Yayi chez Bruno Amoussou

Mort du Père Jacques Amoussou : les condoléances de Boni Yayi à son frère Bruno Amoussou

Le jeudi 18 juillet 2024, l'ex-président Bénin, Boni Yayi, s'est déplacé au domicile de Bruno Amoussou,...

Image d'illustration

Conseil des ministres au Bénin : les grandes décisions du mercredi 17 juillet 2024

Le chef de l'État Patrice Talon et ses ministres se sont réunis à nouveau en session ordinaire du Conseil...

Publicité

Commentaires

Abdoul

Il mérite cet tronc

01-04-24 à 08:15

Laisser un commentaire