Publicité

Le Niger dénonce l'accord de coopération militaire avec les États-Unis

Le Niger a annoncé le samedi 16 mars 2024 avoir mis fin avec effet immédiat à l'accord de coopération militaire qui le liait aux États-Unis depuis 2012. Les autorités nigériennes critiquent cette coopération, la jugeant injuste et ne répondant pas à leurs attentes. Cette décision fait suite à des tensions entre les deux pays, notamment lors de la visite d'une délégation américaine à Niamey.

Des militaires nigériens lors d'une manifestation de soutien à la junte militaire en août 2023

Des militaires nigériens lors d'une manifestation de soutien à la junte militaire en août 2023

Le gouvernement nigérien a déclaré que l'accord de coopération militaire avec les États-Unis était imposé de manière unilatérale par Washington et qu'il était basé sur une simple note verbale. Selon le colonel-major Amadou Abdramane, porte-parole du gouvernement, cet accord obligeait le Niger à supporter les coûts des taxes des avions américains, ce qui représenterait plusieurs milliards de dollars. De plus, Niamey se plaint de ne pas être informé des opérations américaines sur son territoire, ainsi que de l'absence de transparence concernant les effectifs et le matériel déployés.

 

Le colonel-major Abdramane a qualifié la présence américaine «d' illégale » et a dénoncé une attitude condescendante et des menaces de représailles de la part des États-Unis. Il a également souligné que les partenariats avec d'autres pays, tels que la Russie et l'Iran, étaient conformes au droit international, contrairement aux vols illégaux d'avions américains au-dessus du Niger.

 

Cette décision de mettre fin à la coopération militaire avec les États-Unis est perçue comme une mesure de représailles de la part du Niger en réponse à la suspension unilatérale et brusque de la coopération militaire par Washington après le coup d'État survenu en juillet 2023.

 

LIRE AUSSI : Niger : la junte dénonce des accords militaires avec la France et menace la CEDEAO 

 

Le porte-parole du département d'État américain, Matthew Miller, a réagi à l'annonce du Niger. Il a déclaré sur X (ex-Twitter) que les États-Unis avaient pris connaissance du communiqué du CNSP qui intervient après des discussions franches concernant leurs préoccupations concernant la trajectoire prise par la junte au pouvoir à Niamey. Il a souligné que les États-Unis restent en contact avec la junte et fourniraient de nouvelles informations si nécessaire.

 

Cette rupture de l'accord de coopération militaire entre le Niger et les États-Unis marque une nouvelle étape dans les relations entre les deux pays. Elle soulève des questions sur l'avenir de la présence américaine dans la région et sur les conséquences de cette décision sur la lutte contre les groupes terroristes actifs au Sahel.

 

Dans la même catégorie
Le porte-parole du gouvernement béninois, Wilfried Léandre Houngbédji. © Présidence du Bénin

Crise Bénin-Burkina : Cotonou annonce l'accueil de 5000 réfugiés burkinabés

Alors que les tensions s'exacerbent entre le Burkina Faso et le Bénin voisin, Cotonou a accueilli il...

Interpol. Image d'illustration

Afrique de l’Ouest : 300 interpellations dans une vaste opération contre la fraude financière d’Interpol

Pendant trois mois, l'Organisation internationale de police criminelle (Interpol) a mené une opération...

Un char de l'armée béninoise lors d'un défilé à Cotonou

Le Bénin sécurise son armement avec un système de marquage des armes

Conformément aux directives de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), le Bénin...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire