Publicité

suscitation de candidature de Romuald Wadagni : le jeune acteur politique condamné par la CRIET à un million FCFA d'amende

Malgré le retrait de la plainte du ministre Romuald Wadagni, le jeune acteur politique qui a suscité sa candidature à la présidentielle 2026 a été condamné à un million FCFA d'amende. En revanche, il n'y a pas de peine prison pour le jeune homme, selon le verdict rendu ce lundi 26 février 2024 par la CRIET

Le ministre béninois des finances, Romuald Wadagni. © Présidence du Bénin

Le ministre béninois des finances, Romuald Wadagni. © Présidence du Bénin

Le jeune susciteur de candidature du ministre Romuald Wadagni échappe de peu à la prison. Ce lundi 26 février 2024, la chambre correctionnelle de la CRIET a rendu son verdict dans le dossier de ce jeune acteur politique de la ville de Parakou poursuivi pour ‘harcèlement par le biais d’un système électronique". Il est reproché à l'homme poursuivi sans mandat de dépôt d'avoir partagé dans des groupes WhatsApp des affiches suscitant la candidature du ministre Romuald Wadagni à la présidentielle 2026. Des faits qui sont punis par le Code du numérique en vigueur au Bénin.

 

Lors de l'annonce, le ministre Romuald Wadagni s'est fait représenter par son conseil. Son avocat a déclaré à la Cour que le ministre a décidé de retirer sa plainte. La raison évoquée par l'homme droit est que le ministre ne veut pas voir le jeune homme condamné à une peine de prison et que le prévenu a également adressé une lettre dans laquelle il présentait ses excuses à Wadagni. Après les déclarations de l'avocat, le juge et le ministère public ont indiqué à la Cour qu’ils n’ont reçu aucune des pièces évoquées. Le juge a rabattu le délibéré avant de le prononcer finalement, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express. 

 

LIRE AUSSI : Suscitation de candidature de Wadagni à la présidentielle 2026 : la demande du parquet de la CRIET contre le jeune acteur politique

 

Selon le verdict de la CRIET, le jeune acteur politique de la ville de Parakou est condamné à un million francs CFA d'amende. Le juge n'a néanmoins pas prononcé une peine privative de liberté contre le jeune homme. Le prévenu dispose de quinze (15) jours pour faire appel du verdict de la chambre correctionnelle de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET).

 

 

N.B : La rédaction du journal Libre Express a constaté une exploitation de certains de ses contenus dont elle a l’exclusivité sans mention de son nom. Toute exploitation de nos contenus sans mention de notre nom et redirection vers l’article concerné sur notre site sera passible de poursuites judiciaires. Respectez le travail de toute une rédaction !

Dans la même catégorie
des militaires français au Niger. Image d'illustration

Ultimatum aux soldats français pour quitter le Bénin : le président d'un mouvement panafricaniste déposé en prison par la CRIET après ses écrits évoque le chômage à son procès

Jeudi 18 juillet 2024, le président du Rassemblement des Démocrates à l’écoute du peuple (RaDEP), un...

Un patrouilleur de la Marine nationale du Bénin. Image d'illustration

CRIET : l’audition de l’ex-commandant de la base navale de Cotonou révèle un présumé vol de 28 tonnes de carburant à la Marine

À la CRIET, une troisième audience s'est ouverte ce jeudi 18 juillet 2024 dans le dossier de présumé...

L'ex-DG de l'ABSSA Epiphane Sètondji Hossou

Affaire ananas béninois rappelés en France : l'ex-DG ABSSA et ses deux co-prévenus rejettent les faits à la CRIET

L’ex-directeur général de l'Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), Epiphane...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire