Publicité

Le ministre des Affaires étrangères du Bénin estime qu'il faut désormais négocier avec les putschistes du Niger

Le temps où Cotonou assume une position de fermeté envers les putschistes du Niger semble révolu. Pour Shegun Bakari, le ministre des Affaires étrangères du Bénin, il faut désormais négocier avec Niamey.

Le ministère des Affaires étrangères du Bénin, Shegun Bakari

Le ministère des Affaires étrangères du Bénin, Shegun Bakari

Entre les putschistes de Niamey et les autorités de Cotonou, la tension reste à son comble, cinq mois après le coup d'État qui a renversé le président Mohamed Bazoum. Le Bénin comme la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) avaient adopté une position de fermeté contre les militaires. L'Organisation sous régionale avait fini par multiplier les sanctions économiques contre le Niger et avait menacé le pays d'une intervention militaire pour rétablir Bazoum au pouvoir. Cette situation n'a pas été sans réaction de la part des putschistes du Niger. Ces derniers accusant le Bénin de pactiser avec la France pour attaquer leur pays ont fini par fermer et militariser leurs frontières. Le Port de Cotonou est également boycotté par le Niger au profit de celui de Lomé au Togo.

 

LIRE AUSSI : Discours sur l'état de la nation : Patrice Talon affirme que le Bénin n'a jamais voulu que les sanctions contre le Niger pénalisent la population

 

La CEDEAO a reconnu début décembre 2023 que la prise du pouvoir par le général Abdourhamane Tiani était un coup d'Etat et a mis en place un comité chargé de négocier avec la junte nigérienne. Dans une interview accordée au magazine Jeune Afrique, le patron de la diplomatie béninoise Olushegun Bakari s'éloigne de la position belliqueuse adoptée au début du coup de force. Il privilégie désormais la piste du dialogue avec les putschistes du Niger. « Voilà quatre mois que le coup d’État a eu lieu, et quatre mois que nous sommes dans l’impasse. Il nous faut être réalistes, et revoir nos exigences. Le gouvernement du président Bazoum a été renversé, c’est un état de fait. Il nous faut sortir de cette situation, aller de l’avant. Et, pour cela, négocier avec le CNSP [Conseil national de sauvegarde de la patrie] un retour rapide à l’ordre constitutionnel », affirme-t-il.

 

Les exigences passées envers Niamey ne sont pas réalisables

 

Le ministre des Affaires étrangères du Bénin reconnait que les exigences passées de la CEDEAO envers Niamey n'étaient pas réalisables. Mais, il précise : « Nous savons que les exigences passées ne sont pas réalisables, mais nous avons un minimum [d’objectifs] à atteindre : la libération de Mohamed Bazoum, de sa famille et des membres de son gouvernement. C’est un geste fort qui est attendu de la part du CNSP si l’on veut se diriger vers des négociations et, à terme, vers une levée graduelle des sanctions »

 

LIRE AUSSI : La junte au pouvoir au Niger annule son accord de coopération militaire avec le Bénin

 

Évoquant les relations entre les putschistes du Niger et le Togo qui sont toujours au beau fixe malgré les sanctions de la CEDEAO, le ministère des Affaires étrangères du Bénin estime qu'en diplomatie, il faut laisser toutes les portes ouvertes. « Il est essentiel qu’il y ait toujours des canaux qui permettent de maintenir le dialogue. Le Togo fait partie de la CEDEAO et participe activement au rétablissement de la stabilité dans la sous-région. Il faut par ailleurs préciser que la CEDEAO n’est pas en guerre contre le Niger, qui est un pays frère, et que la position du Togo, qui va dans le sens de la négociation, n’est pas différente de celle de l’organisation », a-t-il indiqué à Jeune Afrique.

Dans la même catégorie
Commune de Kpomassè. Image d'illustration

Bénin : liste des 51 PRMP des communes à statut ordinaire après tirage au sort

Un tirage au sort a permis de désigner les 51 Personnes responsables des marchés publics (PRMP) pour...

L'activiste Kémi Seba perd sa nationalité française

Kemi Seba déchu de la nationalité française pour ses positions anti-françaises

Le mardi 9 juillet 2024, les autorités françaises ont officiellement retiré la nationalité française...

Des drapeaux des pays de la CEDEAO.

Retrait des pays de l'AES de la CEDEAO : les conséquences selon le président de la Commission

Lors du sommet de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) tenu le dimanche 7...

Publicité

Commentaires

Raoulass

Moi je trouve que l'intervention du ministre béninois ne tiennent pas.. Le Togo fait pas partie de la CEDEAO.,? Si le Togo est dans la position des décisions de la CEDEAO alors pourquoi ouvrir ces frontière au Niger alors que la position de la CEDEAO est ferme sur la fermeture des frontières..( confère la position du Bénin ) ..je trouve que ya un problème dans l'application des décisions de la CEDEAO entre les Etats.. et le Togo n'est pas en phase.

31-12-23 à 05:10

Mama

Bonjour , tout le monde , le Bénin ne pouvait rien , pour le Niger , il avait aussi à ces couilles la France , le Bénin n'a fait que exprimer la volonté , d'une Super puissance qui tenait tout nos presdent par les couilles . qu'Allah libère vraiment tout l'Afrique .Amin

28-12-23 à 02:05

Illiassou I. Naré

La question est: "Est-ce que le Niger est prêt à pardonner la trahison de Patrice Talon?". Des morts, des milliards perdus pour avoir voulu servir la France. Talon peut-il dédommager le Niger pour tout cela?

28-12-23 à 08:16

Yahaya yaou

Compte tenu des relations multiformes entre les peuples Beninois et Nigerien, nous autres Nigeriens n'avons jamais imaginé que le Bénin serait arrivé à ces extrémités même pour plaire à notre colon commun. Mieux les Beninois ne se sont pas battus pour infléchir les positions ultra radicales de leur président. Qu'ils sachent aussi que l'écrasante majorité des soldats français chassés du Niger campent au Benin après un détour à Ndjamena et Douala. Le Niger risque gros avec une éventuelle ou hypothétique ouverture de frontière beninoise du moment que la France et la cedeao n'ont pas officiellement renoncé à une intervention militaire. Même si la cedeao ordonné cette ouverture, le Niger doit maintenir fermer la frontière beninoise jusqu'au départ des soldats français stationnes au pays.. On n'est pas aussi stupides que cela. Le Pr Talon doit savoir que pour libérer Bazoum on doit passer sur les corps des Nigeriens et les soldats Beninois qui viendront dans cette aventure doivent faire leur testament avant de fouler le sol nigerien. Vive la longue amitié entre les deux peuples, amitié mise à rude épreuve par les laquais de l'impérialisme. Allah swt est notre garant. Amine tsuma amine

27-12-23 à 10:02

IDRISSA MOUSSA

En politique il y a des erreurs qu'il faut éviter surtout lorsqu'il s'agit d'une situation devant ta porte. En effet, la position de notre voisin devait être reconciliante tout misant sur l'intérêt de deux peuples qui s'interechangent en continue. En quoi la fermeture de la frontière avec le Niger aura de répercutions avec la Côte d'Ivoire ou le Sénégal comparativement au Benin et le Nigeria. En voulant mettre en détresse le peuple nigerien sans oublier qu'aussi que les leurs le seront. Les sanctions indiqués et inhumaines ont permis aux nigeriens de se débrouiller par eux mêmes et de voler sur nos propres efforts comme à t on coutume de dire: À QUELQUE CHOSE, MALHEUR EST BON. Cette situation nous permettra sans nul doute, grâce à la souveraineté acquise, de diversifier notre partenariat tout en valorisant nos ressources.

27-12-23 à 08:43

Kebi

Si le Togo a pris tout le risque pour violer l'ambargo de la CEDEAO et désobéir à Macron pour ouvrir son port au Niger, si aujourd'hui le Niger retourne au port de Cotonou, quel différence il y'a donc entre Patrice Talon et le Général de brigade Abdourahamane Tiani ? Nous ne sommes pas des descendants de vendeur d'esclaves qui sont prêts à céder un frère pour des pacotilles, nous sommes des descendants de braves guerriers comme le burkinabé et le Malien quand un nigerien dit non, sa réponse reste non même avec un couteau 🗡️ sur la gorge

27-12-23 à 06:56

Taga

Les hommes passent mais les Etats demeurent. Talon a fait ce qu'il pense être juste. Cela ne doit pas briser les liens séculaires qui existent entre les peuples. Nous devrions continuer en tenant compte maintenant de nos propres intérêts. Le Nigeria a aussi coupé l'électricité au Niger. Là aussi on doit tirer des leçons. Les nigériens doivent se remettre au travail afin de ne plus connaître ces situations.

27-12-23 à 06:17

Embaly Moumouni

Je remercie le seigneur qui nous a montré ce grand jour, que le pauvre Bénin reconnaît qu'il n'est plus rien sans le Niger,en toute honnêteté on a pas besoin du port de Cotonou, tout Nigérien digne n'a plus besoin d'électricité du Nigeria et le port de Cotonou

27-12-23 à 05:30

ADJOUA

Le Togo a une particularité,celle de voler au secours des voisins en situation de détresse. C'est cet esprit qui anime le Chef de l'Etat. Si c'était le Bénin qui se retrouvait sanctinné par la CEDEAO,le Togo n'hésiterait pas à mener le même combat tel qu'il le fait présentement. Ne cherchons pas loin . Vous avez à cet effet tant de cas où le Togo a intervenu positivement. Ne restons pas bras croisés quand la maison de votre voisin brûle . même si une force extérieure te dit de ne pas intervenir !!! Soyons humaniste quand-même !!!

27-12-23 à 05:28

Charles Adam

Le Togo n'est-il pas membre de la CEDEAO ? A-t-il agit comme le président Patrice Talon ? Non ! En toute chose, devant toute situation il faut faut demander à Dieu la sagesse de Salomon. Dans cette crise le président Talon ne regarde pas l'intérêt du Bénin, moins l'intérêt des citoyens béninois. Talon vise son intérêt privé, Talon voir venir sombrer son partenariat privé entre Bazoum et lui. Mais où est l'intérêt du pays qu'il gouverne? C'est une preuve de conflit d'intérêt privé que le président Patrice Talon fait au sommet de l'État béninois depuis son avènement au pouvoir. Le président Patrice Talon est finissant, seulement le Bénin est éternel. Faisons le bon voisinage et privilégions l'intérêt Bénin au détriment de de tout. C'est très important.

27-12-23 à 03:09

Dan kassa

Quand on ne connait pas le lion, on l'attaque par sa queue ! Le Niger peut s'en passer du port de Cotonou. Rdv dans 20 ans pour une normalisation des relations entre Bénin et Niger. Ce temps suffira pour porter conseils a talon.

27-12-23 à 02:36

Aboubakari Issaka

Le Bénin à mis fin à son amitié avec le Niger. Qu'il suit la CEDEAO pour ses confusions. Le Niger à bien compris le message de vous autres et prends acte. Le Bénin doit se réveiller avant qu'il ne soit tard.

27-12-23 à 09:56

Aboubakari Issaka

Le Bénin à mis fin à son amitié avec le Niger. Qu'il suit la CEDEAO pour ses confusions. Le Niger à bien compris le message de vous autres et prends acte. Le Bénin doit se réveiller avant qu'il ne soit tard.

27-12-23 à 09:55

Aboubakari Issaka

Le Bénin à mis fin à son amitié avec le Niger. Qu'il suit la CEDEAO pour ses confusions. Le Niger à bien compris le message de vous autres et prends acte. Le Bénin doit se réveiller avant qu'il ne soit tard.

27-12-23 à 09:55

Katakore

Le Bénin n'a pas pris de sanction contre le niger. Il s'est juste aligné sur la position de la CEDEAO. Mieux le Bénin entretenait de bonnes relations avec le niger de Bazoun démocratiquement élu par les nigériens et donc le Bénin ne pouvait pas immédiatement applaudir la junte. Il faut le comprendre. Pourquoi simplement le niger pays souverain ne se retire pas de la CEDEAO depuis là ? Et s'il est vrai que la fermeture des frontières du niger fragilise le Bénin économiquement il est tout aussi vrai que le niger a aussi besoin du Bénin. Le pipeline qui transporte le pétrole du niger passe par où ? Et les coûts pour les transporteurs qui utilisent le port de Lomé ?.ils sont plus élevés.... Quant à notre voisin du Togo j'espère qu'il n'y aura jamais de coup d'état là bas ? Et si cela venait le Bénin va applaudir? Non! J'espère aussi pour le Togo que ce n'est pas une stratégie pour faire pression sur Talon pour obtenir la libération de Rekia Madougou! Vivement que les relations se rétablissent entre les deux pays.

27-12-23 à 09:14

Agbeya Léonard Dossou

C'est dommage je n'avais pas aimé la précipitation avec laquelle le Bénin avait voulu régler ce problème au mépris des intérêts de nos deux populations. Le Togo a usé de sagesse et voilà aujourd'hui c'est nous récoltons les pots cassés prions beaucoup pour que le Niger accepté notre main tendue.

27-12-23 à 08:45

Mohamed Gagara

C'est en cas de problème qu'on reconnaît nos vrais amis... Talon n'a pas été un vrai, mais Niger doit lever sa barrière aux frères béninois et tout rebattant les cartes contractuelles

27-12-23 à 06:39

Mohamed Gagara

C'est en cas de problème qu'on reconnaît nos vrais amis... Talon n'a pas été un vrai, mais Niger doit lever sa barrière aux frères béninois et tout rebattant les cartes contractuelles

27-12-23 à 06:39

boubacarbbcmen@gmail.com

Enfin, récoltez vos hontes les pauvres. Notre pays ira sans vous. Nous, on est des vrais guerriers comme le disait Chegaol Maiga. Union est notre force.

27-12-23 à 06:22

Bienvenue Atodjinou

Ce qui lié le bénin et Niger est grand que ce qui veut les divisé, alors je vous prie de continuer les négociations, que les bénédictions soient.

27-12-23 à 06:17

Bignon du Danxomè.

Évitons de servir les intérêts impérialistes au grand dam du peuple d'Afrique. Évitons de pactiser continuellement avec le prétendant colon au risque d'immerger profondément l'Afrique dans la pauvreté et la dépendance accrue.

26-12-23 à 11:49

Bignon du Danxomè.

Il faut mûrir et mûrir encore sa pensée avant de la réaliser s'il faut la réaliser.

26-12-23 à 11:43

Attiogbe kodjo Sherif

Talon Patrice a beau mentir sur les sentions contre le niger.la première de leurs volonté, c'est d'asphyxier la population nigérienne afin qu'elle se soulève contre le junte.c'était l' objectif de la CEDEAO et c'est ce qui n' a pas marché.et maintenant comme l'économie du Bénin devient délabré, c'est pourquoi ce changement à 90 degrés qui ne portera peut être pas de fruits.

26-12-23 à 10:44

Mahougnon Gérard KLAKLA GOGBETO 🏃🏃

Voilà les idées viennent , je vous remercie infiniment pour une négociation entre Bénin et le Niger

26-12-23 à 10:07

Laisser un commentaire