Publicité

Libération de Madougou, Aïvo et Cie : les députés programment l'examen de la loi d'amnistie proposée par l'opposition

Le porte-parole du président de l'Assemblée nationale, Vitali Boton a exposé le mercredi 15 novembre les points inscrits à l'ordre du jour de la 2ᵉ session ordinaire de l'Assemblée nationale pour le compte de 2023. Au nombre de ceux-ci, la proposition de loi d'amnistie et l'abandon des poursuites judiciaires au profit des hommes politiques qui sont recherchés pour des faits délictuels.

Les opposants Joël Aïvo et Reckya Madougou lors d'un meeting à Porto-Novo en mars 2021

Les opposants Joël Aïvo et Reckya Madougou lors d'un meeting à Porto-Novo en mars 2021

Au total, 24 projets de lois, 2 propositions de lois, un bilan d'activité et d'autres activités. C'est le point du menu inscrit à l'ordre de la deuxième session ordinaire de l'Assemblée nationale ce mercredi 15 novembre 2023, dévoilé par le porte-parole du Président de l'hémicycle, Vitali Boton. Ce répertoire de points sera débattu en plénière par les honorables députés.

 

Parmi ces dossiers figure la loi d'amnistie proposée par le groupe parlementaire du parti de l'opposition « Les Démocrates ». Cette proposition vise essentiellement des personnalités de l'opposition emprisonnées telles que Reckya Madougou, Joël Aivo.  Elle doit faciliter également le retour au Bénin des opposants condamnés mais en exil tels que Valentin Djènontin Agossou, Sébastien Ajavon, Komi Koutché, Léhady Soglo et bien d'autres. Si cette loi d'amnistie venait à être adoptée, elle va permettre la libération des détenus politiques et le retour au Bénin des exilés politiques.


Depuis la dernière présidentielle de 2021, des opposants arrêtés croupissent toujours en prison. L’opposant Joël Aïvo a été lourdement condamné par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). Aïvo a été condamné à 10 ans de prison pour blanchiment de capitaux et atteinte à la sûreté de l’Etat.

 

Candidate recalée à la présidentielle du 11 avril 2021, Reckya Madougou a été arrêtée le mercredi 03 mars 2021 par la police criminelle. Le vendredi 05 mars 2021, elle est placée en détention provisoire par le procureur spécial de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). Son procès s'ouvre le vendredi 10 décembre 2021 devant 2021.

 

Après plus de 21 heures de procès, l'opposante est reconnue coupable de complicité de financement du terrorisme au petit matin du samedi 11 décembre 2021. Reckya Madougou et au moins trois personnes sont condamnées à 20 ans de réclusion criminelle.

 

Dans la même catégorie
Entrée de l'Assemblée nationale du Bénin à Porto-Novo.

Présumé cas d'exécution extrajudiciaire à Porto-Novo : le gouvernement béninois invité à s'expliquer devant le parlement

Le député Abdou Akim Radji a indiqué à Libre Express avoir interpellé le jeudi 23 mai 2024 le gouvernement...

Le capitaine Ibrahim Traoré, président de la Transition au Burkina. © Présidence du Faso

Burkina Faso : la transition du capitaine Traoré prolongée pour 5 ans

Après une journée d'assises nationales, les représentants de la société burkinabè ont signé ce samedi...

Jacques Rolland Amadou, le nouveau préfet de la Donga nommé par Patrice Talon

Bénin : qui est Jacques Rolland Amadou, le nouveau préfet de la Donga nommé par Patrice Talon

En Conseil des ministres ce mercredi 22 mai 2024, le président Patrice Talon a nommé un nouveau préfet...

Publicité

Commentaires

Dadjo Agossou Jean

Bénin un pays devient le pays pagaille et c'est vous qui cause tout vous connaissez la personne

16-11-23 à 08:02

Laisser un commentaire