Publicité

Bénin : le gouvernement s'explique devant le parlement sur la nomination d'un Rwandais DG ANIP

Le gouvernement béninois par le biais de son ministre de l'intérieur Alassane Seidou s'est expliqué sur la nomination du Rwandais Pascal Nyamulinda comme Directeur général (DG) de l’Agence nationale d’identification des personnes (ANIP). C'est au cours d'un débat ce jeudi 09 novembre 2023 au Parlement. Cela fait suite à une question orale avec débat adressée au gouvernement de Patrice Talon.

Le ministre de l'intérieur Alassane Seidou

Le ministre de l'intérieur Alassane Seidou



 

Voici l'intégralité de la réponse du ministre de l'intérieur devant l'Assemblée nationale du Bénin 


 

1. Contexte et justification


 

La réalisation d'un registre biométrique de la population qui, doté d'applications permettra d'instaurer les bases d'une économie numérique, gage d'inclusion et de modernisation du système de services a été inscrite au cœur du programme d'action du gouvernement depuis 2016.


 

Ainsi, à partir de 2017, il est entrepris au Bénin la modernisation du système d'identification des personnes physiques et de l'état civil. Aussi avec la mise en œuvre du Recensement Administratif à Vocation d'Identification des Personnes (RAVIP) et à travers l'opérationnalisation de l'Agence Nationale d'Identification des Personnes (ANIP), le pays a-t-il réussi l'identification formelle de plus de 90% de sa population. Les informations recueillies (données nominatives, personnelles et biométriques) ont permis la mise en place du Registre National des Personnes Physiques (RNPP) et l'octroi à chaque individu y figurant un Numéro Personnel d'Identification (NPI).


 

Au départ, l'opérationnalisation de l'ANIP a été conduite en mode Projet par la désignation d'un Gestionnaire Mandataire dont la mission essentielle a été d'élaborer les outils de pilotage du projet et de poser les bases d'une identification fiable des personnes par l'implémentation d'une structure administrative capable d'amorcer les transformations dans le domaine de l'identification numérique. Les objectifs dans ce cadre sont pleinement atteints.


 

Il reste à présent à ouvrir les grands chantiers de l'interopérabilité et de la digitalisation future de l'identité basée sur une infrastructure spécifique. Il faut donc repenser la structure, l'infrastructure et la technostructure de l'identification, gages nécessaires pour une économie numérique basée sur le concept de l'interopérabilité du système d'identification des personnes.


 

Cette deuxième phase qui est le développement des services de l'identité numérique est hautement technique même si ses produits peuvent pour certains cas, être considérés comme politiquement sensibles. Elle requiert, en effet, une expertise particulière qu'il faut rechercher auprès des personnes ayant accompli des missions similaires.


 

Aussi, eu égard à la spécificité de cette phase, le gouvernement a envisagé la possibilité de faire appel à une expertise avérée en matière d'identité numérique, un domaine de compétences rares dans notre pays, en raison de ce qu'il s'agit d'un secteur de pointe dont l'échiquier d'expertise est en constitution sur le marché des services. Cela inclut la possibilité de faire recours aux collaborateurs externes,conformément au décret n° 2018-283 du 04 juillet 2018 fixant la liste des fonctions et postes susceptibles d'être occupés par les collaborateurs externes de l'Etat.


 

C'est dans ces conditions que, à la suite d'un benchmark, Monsieur Pascal NYAMULINDA, a été, entre autres personnes, identifié pour accompagner le Bénin dans la mise en œuvre de cette ambition. Confronté au Curriculum vitae d'autres cadres nationaux pressentis, l'intéressé a eu l'avantage d'avoir été à la manœuvre, de la phase Projet à la phase Agence, dans la mise en place de la National Identification Agency (NIDA), dont il a été Directeur général pendant quelques années avant d'être appelé à la Mission de l'ONU pour le Rwanda. Il est un vrai connaisseur des défis et enjeux de l'identité numérique dans un contexte tropical.


 

L'ambition du gouvernement est de parvenir à faire de l'ANIP, une agence de compétences similaires à celles de la NIDA au Rwanda ou de l'Agence nationale des Titres sécurisés de France.


 

 

C'est pourquoi, s'inscrivant dans le cadre de la coopération bilatérale, le Gouvernement a jugé convenable de recruter Monsieur Pascal NYAMULINDA, de nationalité rwandaise, comme collaborateur externe pour assister le Bénin dans la mise en œuvre de l'agenda pour l'identité numérique et, de le mettre dans les charges de Directeur Général de l'Agence Nationale d'Identification des Personnes.


 

Sa feuille de route en filigrane, confirme le besoin de son recrutement et de sa nomination.



 

2. Perspectives de sa mission



 

Les actions phares qui constituent les charges spécifiques du Directeur Général de l’ANIP sont entre autres: 



 

la mise en place d'un mécanisme efficace de transfert automatique des données après l'enrôlement au Registre national des personnes physiques (développement des applications web ; mobile ; API);

 


 

la réévaluation des accès internet dans les communes et les arrondissements du Bénin en lien avec la SBIN et les réseaux GSM la mise en œuvre d'un programme d'interopérabilité avec tous les secteurs de services utilisateurs des données d'identification des personnes, en lien avec l'Agence des Systèmes d'information et du Numérique

 


 

l'élaboration de l'architecture des registres communaux, en lien avec le Ministère du Numèrique et de la Digitalisation et le Ministère de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale ;

 


 

l'établissement du système de synchronisation entre les registres communaux et le RNPP.

 


 

l'augmentation de la capacité mémorielle du système informatique actuel ; l'augmentation de la capacité de production du système de personnalisation.

 


 

la mise en place d'une maintenance régulière des systèmes informatique et de personnalisation

 


 

la mise en place d'un système de reprise après sinistre (disaster recovery) ; la mise en place d'un système Back-up pour le système informatique et production ;

 


 

la mise en place d'un dispositif continu et permanent de notification, de consultation et de mise à jour pour informer chaque potentiel électeur de son centre de vote, en lien avec la Direction Générale des Elections ;

 


 

la mise en place, en lien avec le Ministère de la Justice, d'un mécanisme automatique de communication des personnes frappées d'incapacité d'exercer leur droit de vote ;

 


 

la mise en œuvre de l'identité électronique en lien avec les services du ministère du numérique ;

 

 

le développement et la promotion du mécanisme de déclaration électronique des faits d'état civil, en collaboration avec le Ministère de la Santé, le Ministère de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale, etc.

Dans la même catégorie
Des drapeaux des pays de la CEDEAO. Image d'illustration

Législatives 2024 au Togo : la CEDEAO en mission exploratoire

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l'Ouest (CEDEAO) est en “mission exploratoire” au...

Le président de la transition malienne, Assimi Goïta

Mali : les autorités interdisent aux médias la diffusion des activités des partis politiques

La Haute autorité de la communication (HAC) a interdit aux médias maliens la diffusion des activités...

Les opposants Joël Aïvo et Reckya Madougou lors d'un meeting à Porto-Novo en mars 2021

Loi d'amnistie pour Aïvo, Madougou et Cie : la proposition des démocrates programmée au parlement

La proposition de loi portant amnistie et/ou abandon de poursuites judiciaires à l'endroit des personnalités...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire