Publicité

Le Pape François ouvre la possibilité à l'église de bénir les couples homosexuels

Le pape François a ouvert dans une lettre rendue publique le lundi 02 octobre 2023 la possibilité de bénir les unions homosexuelles. Le souverain pontife répondait à cinq cardinaux conservateurs qui l'ont mis au défi de confirmer l'enseignement de l'Église sur l'homosexualité avant une grande réunion où les catholiques LGBTQ+ sont à l'ordre du jour.

Le pape François

Le pape François

Le Vatican a publié lundi une lettre que le pape François a écrite aux cardinaux le 11 juillet après avoir reçu d'eux une liste de cinq questions, ou « dubia », un jour plus tôt. Dans ce document, le pape François suggère que de telles bénédictions pourraient être étudiées si elles ne confondaient pas la bénédiction avec le mariage sacramentel.

 

En effet, le Vatican considère le mariage comme une union indissoluble entre un homme et une femme. En conséquence, il s’oppose depuis longtemps au mariage homosexuel. Mais le pape François a exprimé son soutien aux lois civiles accordant des avantages juridiques aux conjoints de même sexe. Des prêtres catholiques dans certaines régions d'Europe ont déjà béni les unions homosexuelles sans la censure du Vatican.

 

La réponse de François aux cardinaux marque cependant un éloignement de la position officielle actuelle du Vatican. Dans une note explicative de 2021, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi a déclaré catégoriquement que l'Église ne pouvait pas bénir les unions homosexuelles parce que « Dieu ne peut pas bénir le péché ».

 

LIRE AUSSI : Bénin : décès à 82 ans de l'ex-archevêque de Cotonou Monseigneur Marcel Agboton

 

Dans sa nouvelle lettre, François a réitéré que le mariage est une union entre un homme et une femme. Mais répondant à la question des cardinaux sur les unions et les bénédictions homosexuelles, il a déclaré que « la charité pastorale » exige de la patience et de la compréhension et que, de toute façon, les prêtres ne peuvent pas devenir des juges « qui ne font que nier, rejeter et exclure ».

 

« C'est pourquoi la prudence pastorale doit discerner de manière adéquate s'il existe des formes de bénédiction, demandées par une ou plusieurs personnes, qui ne transmettent pas une conception erronée du mariage », écrit-il. 

 

« Car lorsqu'une bénédiction est demandée, elle exprime une demande d'aide de Dieu, un appel pour pouvoir vivre mieux, une confiance en un père qui peut nous aider à vivre mieux ».

 

Il a souligné qu'il existe des situations qui ne sont objectivement « pas moralement acceptables ». Mais il a ajouté que la même « charité pastorale » exige que les gens soient traités comme des pécheurs qui ne sont peut-être pas entièrement responsables de leur situation.

 

Le pape François a ajouté qu'il n'est pas nécessaire que les diocèses ou les conférences épiscopales transforment cette charité pastorale en normes ou protocoles fixes. Il affirme que la question pourrait être traitée au cas par cas « parce que la vie de l'Église passe par des canaux au-delà des normes ». 

 

Des cardinaux conservateurs


Les cinq cardinaux, tous prélats conservateurs d'Europe, d'Asie, d'Afrique et d'Amérique, avaient mis le pape François au défi de confirmer dans leur lettre l'enseignement de l'Église sur les homosexuels, l'ordination des femmes, l'autorité du pape et d'autres questions.

 

Ils ont publié ces documents deux jours avant le début d'un grand synode, ou réunion, de trois semaines au Vatican, au cours duquel les catholiques LGBTQ+ et leur place dans l'Église sont à l'ordre du jour.

 

LIRE AUSSI : Église Catholique : le pape émérite Benoît XVI est décédé à 95 ans

 

Les signataires faisaient partie des critiques les plus virulents du pape François, tous retraités et appartenant à la génération la plus doctrinaire de cardinaux nommés par Jean-Paul II ou le pape Benoît XVI.

 

Il s'agissait des cardinaux Walter Brandmueller d'Allemagne, ancien historien du Vatican ; Raymond Burke des États-Unis, que François a démis de ses fonctions de président de la Cour suprême du Vatican ; Juan Sandoval du Mexique, archevêque à la retraite de Guadalajara ; Robert Sarah de Guinée, chef à la retraite du bureau de liturgie du Vatican ; et Joseph Zen, archevêque à la retraite de Hong Kong.

Dans la même catégorie
Direction générale du trésor et de la comptabilité publique

Bénin : un concours de recrutement de 150 fonctionnaires au profit du ministère des finances lancé

Le ministère du Travail et de la Fonction Publique a annoncé mardi 18 juin 2024 l'ouverture d'un concours...

Le marché Dantokpa va disparaitre au profit des nouveaux marchés urbains

Bénin : le marché Dantokpa va fermer ses portes au profit des nouveaux marchés urbains

Dantokpa, l'un des plus grands marchés de l'Afrique de l'Ouest sera bientôt fermé au profit des nouveaux...

Le pasteur Marcello Tunasi et son épouse Blanche Tunasi

Pasteur Marcello Tunasi : son émouvant témoignage sur les circonstances du décès de son épouse Blanche

Lors des funérailles de son épouse Blanche, le pasteur Marcello Tunasi a partagé avec émotion lundi 17...

Publicité

Commentaires

Anonyme

Pape soit tu démissionne soit c'est moi qui quitte votre église catholique. Ça devenait déjà du n'importe quoi il longtemps. D'ailleurs rencontrer Dieu partout

09-10-23 à 07:41

ASSOUTO FRÉDÉRIC

Je vis au Bénin, pape François vient de honnie Dieu le créateur, qu'il donne ça démission, avant que la colère du créateur ne ton sur lui. +229 96929049 est mon adresse

05-10-23 à 03:40

ASSOUTO FRÉDÉRIC

Bonjour chers amis, le pape François est manipulé par l'esprit diabolique. Prions lui pour lui. l'Afrique ne pourra plus suivre l'Occident en matière de religion. C'est une défaillance culturelle et un sacrilège. Une abomination, je me demande si ce pape François est un représentant de DIEU ?

05-10-23 à 03:29

Laisser un commentaire