Publicité

Bénin : le DG douanes met à nouveau en garde contre les exportations par voies terrestres du cajou, soja et autres

Dans un communiqué daté du jeudi 20 avril 2023,le Directeur général des Douanes, Alain Hinkati a mis à nouveau en garde les exportateurs de certains produits et intrants agricoles par voie terrestre au Bénin. Il rappelle que l'exportation par voie terrestre des noix de cajou, du soja et des intrants agricoles est formellement interdit.

Image d'illustration

Image d'illustration

Les contrevenants aux mesures du gouvernement portant interdiction d'exportation par voie terrestre de produits agricoles risquent des peines de prison. Le DG des douanes, Alain Hinkati a rappelé cette mesure aux exportateurs de produits agricoles à travers un communiqué publié le jeudi 20 avril 2023. 

 

« Dans le cadre de la mise en œuvre de la politique agricole et industrielle du Gouvernement, l'exportation par voie terrestre des noix de cajou, du soja et des intrants agricoles (engrais, herbicides, pulvérisateurs, etc. ) est formellement interdit », a-t-il indiqué.

 

Selon ce responsable de la douane béninoise, en application de la réglementation douanière, le non-respect de cette interdiction ainsi que « toute tentative d'exportation frauduleuse des produits agricoles par voie terrestre » constituent une infraction douanière de contrebande.

 

LIRE AUSSI : Soja au Bénin : 02 choses qui changent après la rencontre entre Patrice Talon et les producteurs


Dans son communiqué, il précise que ces infractions sont sanctionnées par « des peines d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à cinq (05) ans et par le paiement de fortes amendes pouvant être attribuées à quatre fois la valeur des marchandises de contrebande ».

 

En dehors ces peines, la législation en vigueur au Bénin prévoit la confiscation des produits et des moyens de transport. « Les complices et tous ceux qui auront, d'une manière ou d'une autre, concouru à la sortie frauduleuse de ces produits, notamment les transporteurs, les conducteurs, les propriétaires des moyens de transport, sont punis des mêmes peines que les contrebandiers », précise-t-il.

 

 Pour éviter d'être poursuivi, le DG douanes invite donc « les transporteurs et les propriétaires des camions, camionnettes, bus, J9, J5, tricycles, motos, etc, à ne pas les louer aux contrebandiers au risque de les perdre et de subir la rigueur de la loi ».

Dans la même catégorie
Image d'illustration

Tension avec le Niger : pourquoi le Bénin interdit la traversée du fleuve à partir de Malanville

Le gouvernement béninois a expliqué le vendredi 24 mai 2024 les motivations derrière sa décision d'interdire...

Des autorités nigérianes et béninoises discutent du renforcement de l'axe Ségbana-Tsamiya et Anguwar Sule Wara

Coopération Bénin - Nigéria : vers un renforcement de l'axe Ségbana-Tsamiya et Anguwar Sule Wara

Des décisions importantes ont été prises lors d'une réunion interministérielle entre les autorités béninoises...

Le navire de l'entreprise Wapco ayant chargé un million de barils de pétrole nigérien à partir de Sémè-Podji au Bénin

Pipeline Bénin-Niger : un million de barils de pétrole nigérien exportés par un premier navire

Après l'autorisation "ponctuelle et provisoire" des autorités béninoises, le premier navire transportant...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire