Publicité

La Confédération des États du Sahel voit le jour avec le Mali, le Burkina Faso et le Niger

Les Chefs d’État du Mali, du Burkina Faso et du Niger ont signé l'acte constitutif de la Confédération des États du Sahel, renforçant ainsi leur coopération dans plusieurs domaines. Le Colonel Assimi Goïta présidera cette nouvelle institution pendant un an.

Les trois dirigeants du Mali, du Burkina Faso et du Niger au premier sommet de l'AES. © Présidence du Niger

Les trois dirigeants du Mali, du Burkina Faso et du Niger au premier sommet de l'AES. © Présidence du Niger

Le Samedi 6 juillet 2024, à Niamey, les chefs d'État du Mali, du Burkina Faso et du Niger ont franchi une nouvelle étape dans leur volonté d'intégration régionale en signant l'acte constitutif de la Confédération des États du Sahel (CES). Le Colonel Assimi Goïta, le général Abdouramane Tiani et le capitaine Ibrahim Traoré se sont engagés à renforcer leur coopération dans plusieurs domaines, notamment sécuritaire, économique et diplomatique.

 

"Cet élan populaire constitue le meilleur gage de construction d'une confédération de peuples et non un édifice bureaucratique. Nos peuples ont irrévocablement tourné le dos à la Cédéao", a déclaré le général Tiani lors du sommet.

 

Ainsi, le Colonel Assimi Goïta du Mali a été désigné pour présider aux destinées de l'AES pendant un an et le Burkina va accueillir la première session parlementaire de l’AES.

 

En plus du traité constitutif, les dirigeants ont également adopté le règlement intérieur du collège des chefs d'État, un communiqué final et une déclaration de Niamey. Celle-ci acte notamment le retrait "irrévocable" des trois pays de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

 

LIRE AUSSI : Niger : premier sommet pour les 03 dirigeants de l’Alliance des Etats du Sahel à Niamey

 

Sur le plan sécuritaire, la Confédération de l’Alliance des Etats du Sahel se dotera d'une force unifiée et d'un plan d'actions militaires permanent. Économiquement, elle prévoit la création d'une banque d'investissement et d'un fonds de stabilisation.

 

Diplomatiquement, les États membres entendent désormais parler d'une seule voix, comme en témoigne leur rapprochement commun avec la Russie.

 

Ce premier sommet intervient alors que les trois pays ont quitté la Cédéao, alors que cette organisation sous-régionale se réunit également ce dimanche 7 juillet 2024 à Abuja. Un timing qui n'est pas passé inaperçu.
 

Dans la même catégorie
Des députés à l'Assemblée nationale du Bénin

Parlement béninois : une première session parlementaire 2024 productive avec 17 lois adoptées

Lors de la première session ordinaire 2024, l'Assemblée nationale du Bénin a adopté 17 lois et autorisations...

L'ex-président du Bénin, Thomas Boni Yayi chez Bruno Amoussou

Mort du Père Jacques Amoussou : les condoléances de Boni Yayi à son frère Bruno Amoussou

Le jeudi 18 juillet 2024, l'ex-président Bénin, Boni Yayi, s'est déplacé au domicile de Bruno Amoussou,...

Image d'illustration

Conseil des ministres au Bénin : les grandes décisions du mercredi 17 juillet 2024

Le chef de l'État Patrice Talon et ses ministres se sont réunis à nouveau en session ordinaire du Conseil...

Publicité

Commentaires

Didier Ahlnosou

Ahlnosou demain @gmail.com

07-07-24 à 05:34

Laisser un commentaire