Publicité

Robert Dossou condamne la crise entre le Bénin et le Niger

Dimanche 26 mai 2024, l'ancien président de la Cour constitutionnelle du Bénin, Robert Dossou, a pris la parole au sujet de la crise opposant le Bénin et le Niger. Pour lui, l'attitude des militaires au pouvoir à Niamey est à condamner. Il préconise la patience pour sortir de cette crise des frontières.

L'ex-président de la Cour constitutionnelle du Bénin, Robert Dossou. © La Nation

L'ex-président de la Cour constitutionnelle du Bénin, Robert Dossou. © La Nation

L'ancien président de la Cour constitutionnelle du Bénin, Robert Dossou, s'est prononcé le dimanche 26 mai 2024 sur la crise opposant le Bénin et le Niger. Invité dans l'émission "l'entretien Grand Format de Bip radio", il a affirmé que "la faute n'est pas à la République du Bénin. La faute est aux putschistes" du Niger.

 

Selon l’avocat, "dans l'espace Cedeao, tous les instruments juridiques, toutes les volontés politiques ont convergé à partir de 1990 pour interdire tout putsch". Néanmoins, "on a assisté à une éclosion de putsch et les putschistes n'avaient pas comme objectif un idéal quelconque". Il juge que "le putsch du Niger n'était pas tout à fait compréhensible".

 

Face à cette situation, l'ancien président de la Cour constitutionnelle affirme que "les sanctions prises par la Cedeao sont conformes aux textes même la décision d'une intervention militaire". Il précise que "la République du Niger a signé le texte qui a égrené l'ensemble des sanctions à appliquer en cas de coup d'État".

 

LIRE AUSSI : Crise Bénin-Niger : la demande de l’église catholique au gouvernement Talon

 

Pour résoudre la crise, Robert Dossou préconise la patience. "Devant cette situation, il faut être calme et patient", a-t-il déclaré, ajoutant que "au Niger à l'heure actuelle, les gens militent pour que ça s'apaise".

 

Sur le blocage de l'embarquement  du pétrole brut nigérien à partir de la plateforme de Sèmè-Podji, le bâtonnier confie ne pas avoir "tous les éléments d'appréciation". Mais, il exprime son étonnement alors que "la Cedeao a levé les sanctions et a ouvert les frontières, le Niger s'obstine à ne pas ouvrir de son côté".
 

Dans la même catégorie
Des députés à l'Assemblée nationale du Bénin

Parlement béninois : une première session parlementaire 2024 productive avec 17 lois adoptées

Lors de la première session ordinaire 2024, l'Assemblée nationale du Bénin a adopté 17 lois et autorisations...

L'ex-président du Bénin, Thomas Boni Yayi chez Bruno Amoussou

Mort du Père Jacques Amoussou : les condoléances de Boni Yayi à son frère Bruno Amoussou

Le jeudi 18 juillet 2024, l'ex-président Bénin, Boni Yayi, s'est déplacé au domicile de Bruno Amoussou,...

Image d'illustration

Conseil des ministres au Bénin : les grandes décisions du mercredi 17 juillet 2024

Le chef de l'État Patrice Talon et ses ministres se sont réunis à nouveau en session ordinaire du Conseil...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire