Publicité

Loi d'amnistie pour Aïvo, Madougou et Cie : la proposition des démocrates programmée au parlement

La proposition de loi portant amnistie et/ou abandon de poursuites judiciaires à l'endroit des personnalités politiques pour des faits criminels va être examinée par l'Assemblée nationale au cours de la première session ordinaire de l’année 2024 qui s’ouvre le lundi 15 avril 2024.

Les opposants Joël Aïvo et Reckya Madougou lors d'un meeting à Porto-Novo en mars 2021

Les opposants Joël Aïvo et Reckya Madougou lors d'un meeting à Porto-Novo en mars 2021

La première session ordinaire de l'année 2024 s'ouvre ce lundi 15 avril 2024. Plus de 25 dossiers sont inscrits à l'ordre du jour parmi lesquels figure la proposition de loi spéciale portant amnistie et/ou abandon de poursuites judiciaires au profit de personnalités politiques pour des faits criminels. C'est l'annonce faite en conférence de presse par le porte-parole du président de l’Assemblée nationale, Vitali Boton dans l'après-midi de ce jeudi 11 avril 2024 à Porto-Novo.

 

Cette proposition de loi d’amnistie qui a été faite par les députés du parti d'opposition Les Démocrates serait à l'actif du professeur Joël Aïvo et de l'ancienne ministre de la justice Reckya Madougou qui ont été respectivement condamné respectivement à 10 ans pour «blanchiment de capitaux et complot contre l’autorité de l’État» et à 20 ans d’emprisonnement pour « financement du terrorisme ». Cette proposition a été aussi faite pour permettre aux exilés politiques comme Sébastien Ajavon, Komi Koutché et Valentin Djenontin de revenir au pays.

 

LIRE AUSSI : Bénin : Reckya Madougou dénonce ses conditions de détention et accuse le DG de l’APB

 

Pour le principal parti d'opposition du Bénin, ces personnalités politiques notamment Reckya Madougou et Joël Aïvo subissent un acharnement politique. Il compte donc lutter corps et âme pour que la situation se décante. Venu à la tête du parti en octobre 2023 en remplacement de Éric Houndété, Boni Yayi en a fait son leitmotiv. « Lutter sans désemparer pour la libération des détenus politiques et le retour sans condition des exilés politiques. » est sa priorité.

 

Les députés de la minorité parlementaire devront convaincre leurs pairs de la majorité parlementaire afin de faire passer cette loi qui a déjà été rejetée par la commission des lois de l'Assemblée nationale par 17 voix contre et 6 pour le mercredi 3 janvier 2024. 
 

Dans la même catégorie
Entrée de l'Assemblée nationale du Bénin à Porto-Novo.

Présumé cas d'exécution extrajudiciaire à Porto-Novo : le gouvernement béninois invité à s'expliquer devant le parlement

Le député Abdou Akim Radji a indiqué à Libre Express avoir interpellé le jeudi 23 mai 2024 le gouvernement...

Le capitaine Ibrahim Traoré, président de la Transition au Burkina. © Présidence du Faso

Burkina Faso : la transition du capitaine Traoré prolongée pour 5 ans

Après une journée d'assises nationales, les représentants de la société burkinabè ont signé ce samedi...

Jacques Rolland Amadou, le nouveau préfet de la Donga nommé par Patrice Talon

Bénin : qui est Jacques Rolland Amadou, le nouveau préfet de la Donga nommé par Patrice Talon

En Conseil des ministres ce mercredi 22 mai 2024, le président Patrice Talon a nommé un nouveau préfet...

Publicité

Commentaires

Dine Awavoeke

Prenons l'exemple de diomay et Ousmane au Sénégal. Avoir pitié des deux surtout la femme.

12-04-24 à 06:33

Dine Awavoeke

Prenons l'exemple de diomay et Ousmane au Sénégal. Avoir pitié des deux surtout la femme.

12-04-24 à 06:33

Laisser un commentaire