Publicité

Côte d’Ivoire : une enquête de la CPI en cours sur le rôle du camp Soro-Ouattara dans la crise politique de 2011

La Cour pénale internationale (CPI) mène toujours des enquêtes sur le rôle du camp du président Alassane Ouattara, dirigé par Guillaume Soro. C’est au sujet de la crise politique ivoirienne de 2010-2011.

Le président Ouattara et Guillaume Soro

Le président Ouattara et Guillaume Soro

Après les enquêtes sur le camp Laurent Gbagbo, un second volet de l’enquête de la CPI sur la crise politique ivoirienne de 2010-2011 se tourne vers le camp Ouattara-Soro. Selon des informations rapportées par RFI, le procureur de la CPI, Karim Khan, a confirmé à l’Observatoire ivoirien des droits de l’Homme (OIDH) qu’il enquête également sur de possibles crimes commis par le camp de Alassane Ouattara et de Guillaume Soro.


Ce camp proche de l’actuel président ivoirien, Alassane Ouattara avait été dirigé par l’ex-chef rebelle, Guillaume Soro, aujourd’hui en disgrâce. Le procureur de la CPI, Karim Khan, a expliqué il y a plus d’un an que l’enquête sur le camp Ouattara et Soro serait même « en phase avancée ».

 

LIRE AUSSI : Burkina : le capitaine Ibrahim Traoré rencontre Assimi Goïta au Mali pour parler du terrorisme

 

Depuis l’ouverture en 2011 des enquêtes de la CPI, aucun mandat d’arrêt n’a été émis contre les hommes du camp Alassane Ouattara, conduit par Guillaume Soro. Les enquêtes du bureau du procureur de la CPI ont été notamment ralentis faute de moyens. Aujourd’hui, le procureur réclame plus de 2 millions d’euros aux États membres de la CPI afin de poursuivre ses enquêtes sur la crise ivoirienne de 2010-2011.

 

Soro bientôt devant la CPI ?

 

Entre 2002 et 2011, Guillaume Soro a dirigé un groupe de rebelles appelé Force Nouvelle. Ce groupe a conduit finalement Alassane Ouattara au pouvoir en avril 2011. Des organisations de la société civile ont accusé le groupe de rebelles dirigé par Soro d’avoir commis des exactions contre des civiles. Après la crise politique de 2010-2011, Guillaume Soro est porté en triomphe par le pouvoir d’Alassane Ouattara. Il sera nommé premier ministre avant d’être élu président du parlement ivoirien.


Mais en 2019, Guillaume Soro entre en disgrâce auprès d’Alassane Ouattara après l’annonce de sa candidature à la présidentielle d’octobre 2020. Son retour à Abidjan en décembre 2019 est empêché par les autorités ivoiriennes. Ce sera pour lui le début d’un long exil. Aujourd’hui, Soro vit de cachette en cachette après sa condamnation à 20 ans de prison par la justice ivoirienne. Il est même sous le coup d’un mandat d’arrêt international émis par la justice ivoirienne.


Le premier volet de l’enquête de la CPI s’était uniquement concentré sur le camp du président Laurent Gbagbo, au pouvoir entre 2000 et 2011. La juridiction basée à Haye a émis trois mandats d’arrêts contre l’ex-président Gbagbo, son épouse, Simone Gbagbo et son ministre de la Jeunesse, Charles Blé Goudé.

 

LIRE AUSSI : Sénégal : accusé de viol, l’opposant Ousmane Sonko auditionné ce jeudi

 

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ont été finalement acquitté en 2021 par la CPI après plus de dix ans de prison à la Haye. Quant à l’ex-première dame, Simone Gbagbo, elle n’a jamais été transférée à la CPI. Elle a été jugée en Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, elle vit en liberté dans son pays.

Dans la même catégorie
Le président de la conférence épiscopale du Bénin, Monseigneur Roger Houngbédji et le président Patrice Talon

Bénin : l'Église catholique appelle à une refonte approfondie du code électoral avant 2026

Dans un contexte marqué par de vives critiques autour des réformes du code électoral béninois, la Conférence...

Le capitaine Ibrahim Traoré, président de la Transition au Burkina Faso au siège de la RTB

Burkina : annoncé en fuite, Ibrahim Traoré réapparaît au siège de la télévision nationale

Au Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré est réapparu au siège de la Radiodiffusion Télévision du...

Le chef de l'État béninois Patrice Talon. © Présidence de la République du Bénin

Bénin : Patrice Talon nomme Chabi Batta Soulé au Conseil économique et social pour remplacer Augustin Tabé Gbian

Le président Patrice Talon a procédé à la nomination d'un nouveau membre au Conseil économique et social...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire