Publicité

Reckya Madougou : le Groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire exige la libération immédiate de l'opposante

Au Bénin, la libération de l'opposante Reckya Madougou a été demandée par le groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire. L'ex-garde des sceaux du Bénin avait été condamnée à 20 ans de prison par la CRIET.

L'opposante Reckya Madougou

L'opposante Reckya Madougou

La libération immédiate de Reckya Madougou réclamée par le groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire. Selon un avis adopté début septembre 2022 par ce groupe et consulté par Libre Express, le groupe a en effet jugé que la détention de Reckya Madougou est arbitraire. Dans un avis adopté lors de sa session qui s'est tenue du 29 août au 02 septembre 2022, le groupe de travail onusien a donc ordonné au gouvernement béninois la "libération immédiate et sans condition" de l'opposante.

 

Pour le groupe de travail de l'Onu, la détention et la condamnation de l'ex-ministre de la justice, est dépourvue de "base légale". Le mercredi 03 mars 2021, Reckya Madougou a été arrêtée sur instruction du procureur spécial de la CRIET, Mario Mètonou. Selon l'avis du groupe de travail onusien, "le gouvernement (béninois, NDLR) n'a fourni aucun procès-verbal de témoignages, d'échanges téléphoniques ou autre document à l'appui de ses déclarations quant à l'implication présumée de Reckya Madougou dans une entreprise de financement d'assassinat.

 

Madougou n'a pas "bénéficié du droit à la présomption d'innocence"

 

Au lendemain de sa réélection en avril 2021, le président béninois, Patrice Talon avait tenu des propos sur Reckya Madougou dans une interview à France 24 et RFI. Le groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire estime que l'opposante n'a pas "bénéficié du droit à la présomption d'innocence" et qu'elle a été condamnée par la CRIET au cours d'un procès qui a duré moins de 24 heures.

 

La décision rendue par le groupe de travail de l'Onu sur la détention arbitraire intervient à la suite de sa saisine par les avocats de l'opposante Reckya Madougou. Candidate recalée à la présidentielle du 11 avril 2021, Reckya Madougou a été arrêtée le mercredi 03 mars 2021 par la police criminelle. Le vendredi 05 mars 2021, elle est placée en détention provisoire par le procureur spécial de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). Son procès s'ouvre le vendredi 10 décembre 2021 devant 2021.

 

LIRE AUSSI : Cour constitutionnelle du Bénin : Les raisons de la démission de Joseph Djogbénou

 

Après plus de 21 heures de procès, l'opposante est reconnue coupable de complicité de financement du terrorisme au petit matin du samedi 11 décembre 2021. Reckya Madougou et au moins trois personnes sont condamnés à 20 ans de réclusion criminelle.

Dans la même catégorie
Entrée de l'Assemblée nationale du Bénin à Porto-Novo.

Présumé cas d'exécution extrajudiciaire à Porto-Novo : le gouvernement béninois invité à s'expliquer devant le parlement

Le député Abdou Akim Radji a indiqué à Libre Express avoir interpellé le jeudi 23 mai 2024 le gouvernement...

Le capitaine Ibrahim Traoré, président de la Transition au Burkina. © Présidence du Faso

Burkina Faso : la transition du capitaine Traoré prolongée pour 5 ans

Après une journée d'assises nationales, les représentants de la société burkinabè ont signé ce samedi...

Jacques Rolland Amadou, le nouveau préfet de la Donga nommé par Patrice Talon

Bénin : qui est Jacques Rolland Amadou, le nouveau préfet de la Donga nommé par Patrice Talon

En Conseil des ministres ce mercredi 22 mai 2024, le président Patrice Talon a nommé un nouveau préfet...

Publicité

Commentaires

Luc

C’est triste pour notre pays. Vivement que cette brave femme soit libérée.

07-11-22 à 09:53

Laisser un commentaire