Publicité

RDC : Félix Tshisekedi largement réélu président avec 73 % des voix (CENI), l'opposition conteste

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a publié les résultats provisoires de la présidentielle ce dimanche 31 décembre 2023. Le président Félix Tshisekedi est largement réélu devant les candidats de l'opposition. L'opposition a contesté ces résultats provisoires même avant sa publication.

Le président congolais Félix Tshisekedi largement réélu

Le président congolais Félix Tshisekedi largement réélu

Félix Tshisekedi remporte haut les mains l'élection présidentielle en République Démocratique du Congo (RDC). Ce dimanche 31 décembre 2023, la CENI a annoncé que Félix Tshisekedi a obtenu 13 millions 215 voix, soit 73%, remportant largement l'élection présidentielle.

 

Selon les résultats provisoires de la CENI, l'opposant Moïse Katumbi arrive deuxième avec 3 258 000 voix, soit 18%. Il  est suivi de Martin Fayulu qui a obtenu 960 478 voix, soit 4 %; Adolphe Muzito et Denis Mukwege avec 39 000 voix, soit 0,22%.

 

Le taux de participation à ce scrutin présidentiel est de 43 % selon ces résultats provisoires. Sur les 41 700 millions d’électeurs attendus aux urnes,  18 millions ont réellement voté, selon les la Commission électorale nationale indépendante.

 

Une victoire déjà contestée 

 

Avant même l'annonce des résultats du scrutin présidentiel, neuf (9) candidats de l'opposition ont contesté ce dimanche la victoire du président Félix Tshisekedi. Certains candidats de l'opposition, dont les principaux opposants, Martin Fayulu et Moïse Katumbi, dénoncent des irrégularités et des fraudes massives.

 

Dans une déclaration commune,  ils ont dénoncé entre autres des violations de la loi électorale, par la poursuite du vote, pendant six jours, l'existence de bureaux de vote parallèles ou encore le contrôle des machines de vote par des candidats qu’ils identifient comme liés au régime en place. Ces irrégularités font, selon eux, du quadruple scrutin du 20 décembre, une « farce » ou encore une « mascarade ».

 

« La loi électorale a été violée de bout en bout. Est-ce que nous avons assisté à une élection ou à des élections ou à une parodie d’élection ? Vous avez vu le bourrage des urnes. Monsieur Kadima et la Céni, s’ils voulaient organiser de bonnes élections, pourquoi n’ont-ils pas demandé un délai supplémentaire de sept ou dix jours ? On pouvait voter hier, le 30, comme on avait voté en 2018, pour qu’ils puissent dispatcher les machines dans tous les bureaux de vote. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait ? Simplement parce qu’il avait besoin de jours supplémentaires pour bourrer les urnes, il avait besoin de cette coupure-là et il l’a fait. Donc pour nous, nous n’avons pas assisté à des élections. Donc, il faut refaire ces élections », a dénoncé l'opposant Martin Fayulu rapporté par RFI.
 

Dans la même catégorie
Des drapeaux des pays de la CEDEAO. Image d'illustration

Législatives 2024 au Togo : la CEDEAO en mission exploratoire

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l'Ouest (CEDEAO) est en “mission exploratoire” au...

Le président de la transition malienne, Assimi Goïta

Mali : les autorités interdisent aux médias la diffusion des activités des partis politiques

La Haute autorité de la communication (HAC) a interdit aux médias maliens la diffusion des activités...

Les opposants Joël Aïvo et Reckya Madougou lors d'un meeting à Porto-Novo en mars 2021

Loi d'amnistie pour Aïvo, Madougou et Cie : la proposition des démocrates programmée au parlement

La proposition de loi portant amnistie et/ou abandon de poursuites judiciaires à l'endroit des personnalités...

Publicité

Commentaires

Aucun commentaire sur cet article

Laisser un commentaire