Publicité

Niger : la CEDEAO abandonne Bazoum et reconnaît officiellement le coup d'État de Tiani

Au Niger, la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) reconnaît officiellement le coup d'État mené par le général Abdourahamane Tiani contre le président Mohamed Bazoum. C'est à travers un communiqué publié ce jeudi 14 décembre 2023 soit quatre jours après le sommet des chefs d'État de la Cédéao à Abuja le dimanche 10 décembre que l'organisation régionale apporte des « clarifications » sur la situation politique au Niger et en réponse aux critiques du CNSP nigérien.

Le chef de l'État du Nigeria Bola Tinubu et ses pairs au sommet de la CEDEAO à Abuja

Le chef de l'État du Nigeria Bola Tinubu et ses pairs au sommet de la CEDEAO à Abuja

La CEDEAO abandonne le président du Niger Mohamed Bazoum et veut entamer des discussions avec la junte militaire au pouvoir. Plus de quatre mois après le renversement de Bazoum, l'organisation régionale a décidé de changer sa position sur la situation politique au Niger. « Le Sommet du 10 décembre a reconnu que le gouvernement de S.E.M. Mohamed BAZOUM avait été effectivement renversé par un coup d'Etat militaire. Par conséquent, à compter du 10 décembre 2023, le Niger est suspendu de l'ensemble des organes de décision de la CEDEAO, jusqu'au rétablissement de l'ordre constitutionnel dans le pays », a indiqué la Commission de la Cédéao dans un communiqué publié ce jeudi 14 décembre 2023.

 

En abandonnant cette position, la CEDEAO affirme que  Jusqu'à sa 64ème Session ordinaire tenue le 10 décembre 2023, la Conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernement voyait dans la situation survenue au Niger une tentative de coup d'Etat, et considérait toujours Mohamed Bazoum comme le Président de la République du Niger, Chef de l'Etat. 

 

 

La CEDEAO affirme que du fait de cette position, le Niger n'était pas suspendu des organes de décision de la CEDEAO et les membres du gouvernement de Bazoum 
étaient habilités à représenter le Niger aux réunions statutaires de la CEDEAO. Avec cette reconnaissance officielle du coup d'État survenu au Niger, le général Abdourahamane Tiani peut se frotter les mains dans son bras de fer avec la CEDEAO. Elle abandonne par ailleurs sa position qui consiste à libérer le président Bazoum avant toute négociation avec la junte militaire de Tiani.

 

La décision de l'organisation régionale intervient après les reproches du porte-parole du Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP) à la CEDEAO. Ce dernier s'était indigné de la participation au sommet du dimanche 10 décembre des membres du gouvernement de Mohamed Bazoum. Le porte-parole avait trouvé dans cette participation au sommet des dignitaires du régime Bazoum une provocation « de nature à saper tout effort pour trouver une solution diplomatique et négociée à la situation politique actuelle ».

 

 

 

Dans la même catégorie
Des drapeaux des pays de la CEDEAO. Image d'illustration

Législatives 2024 au Togo : la CEDEAO en mission exploratoire

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l'Ouest (CEDEAO) est en “mission exploratoire” au...

Le président de la transition malienne, Assimi Goïta

Mali : les autorités interdisent aux médias la diffusion des activités des partis politiques

La Haute autorité de la communication (HAC) a interdit aux médias maliens la diffusion des activités...

Les opposants Joël Aïvo et Reckya Madougou lors d'un meeting à Porto-Novo en mars 2021

Loi d'amnistie pour Aïvo, Madougou et Cie : la proposition des démocrates programmée au parlement

La proposition de loi portant amnistie et/ou abandon de poursuites judiciaires à l'endroit des personnalités...

Publicité

Commentaires

[email protected]

Nous demandons juste la paix dans notre pays le Bénin et souhaitons aussi par enticipation bonne et heureuse années de 2024 à tous.

20-12-23 à 12:33

Laisser un commentaire