Publicité

CRIET : 7 ans de prison requis contre 02 détenus gaymans videurs de comptes Momo marchands depuis la prison de Missérété

Le parquet spécial de la CRIET a requis sept ans de prison ferme contre deux détenus et deux personnes dont un policier dans une affaire d'escroquerie par le biais d'un système électronique. C'est dans le cadre du dossier de détenus gaymans qui vidaient les comptes momo de plusieurs marchands depuis la prison civile de Missérété.

Image d'illustration

Image d'illustration

Déjà condamnés à sept ans de prison pour cybercriminalité, deux détenus risquent à nouveau sept ans de prison ferme pour les mêmes faits. Ce lundi 20 novembre 2023, le ministère public de la Cour de représsion des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) a fait sa réquisition dans cette affaire qui fait la une de l'actualité.

 

Dans ce dossier, dix-neuf (19) personnes dont la compagne d'un détenu gayman et de sa grande-sœur. Parmi les personnes poursuivies figurent également neuf policiers qui sont des gardes pénitenciers à la prison civile de Missérété. Six policiers parmi eux ont été placés en détention provisoire début juin 2023 par le parquet spécial de la CRIET et 03 autres comparaissent libres. Il leur est reproché des faits d'abus de fonction. 

 

Selon l'accusation, ils auraient aidé le principal accusé incarcéré à la prison civile de Missérété pour cybercriminalité à vider les comptes de plus de 60 marchands de Momo, rapporte l'envoyé spécial de Libre Express

 

7 ans de prison ferme réclamée par le parquet spécial 

 

À l'audience de ce lundi, le représentant du procureur spécial de la CRIET a indiqué que les deux détenus, principaux cerveaux, déjà condamnés pour des faits de cybercriminalité ont continué leur salle besogne à la prison civile de Missérété. Selon l'accusation,  les deux détenus ont bénéficié de la complicité d'un certain nommé Wilfried qui était en liberté au moment des faits. 

 

Le parquet spécial de la CRIET précise que c'est ce Wilfried qui faisait des opérations d'achat de d'unité auprès des marchands Momo et profitait pour collecter les données qui permettaient de les dépouiller.

 

Les deux détenus gaymans ont également bénéficié de la complicité de certains policiers qui ont agi par ignorance, selon le parquet. Dans sa réquisition, le premier substitut du procureur spécial de la CRIET a demandé à la cour de retenir trois personnes dont les deux détenus gaymans dans les liens de la prévention d'escroquerie via internet. Contre une quatrième personne qui est un policier, le parquet spécial de la CRIET a demandé à la Cour de le retenir pour « complicité d'escroquerie via internet ».

 

Il a alors requis sept ans de prison ferme contre ces quatre personnes. Il s'agit des deux détenus gaymans, du nommé Wilfried et du policier garde pénitencier à la prison civile de Missérété. Le ministère public a souligné que c'est ce policier qui a aidé l'un des détenus gaymans à acheter une voiture range rover depuis la prison.

 

Quant aux victimes qui sont plus d'une cinquantaine de marchands Momo, le parquet spécial a sollicité de la Cour de condamner ces quatre personnes à payer solidairement le montant des préjudices causés. Ce préjudice est évalué à plusieurs millions de francs CFA.

 

Quinze (15) relaxes demandées 

 

Dans sa réquisition, le ministère public a sollicité la relaxe de quinze personnes. Il s'agit de la compagne, de sa grande-sœur, d'agents de santé et de huit (08) policiers dont certains sont en détention depuis le mois de mai 2023.

 

Les avocats de la défense dont Me Hugo Koukpolou, Filbert Béhanzin ont plaidé à tour de rôle la relaxe pure et simple de leurs clients. Le président de céans a renvoyé le verdict de ce procès au lundi 11 décembre 2023.

 

Quid de l'affaire ?

 

Lors d'une audience en juin 2023, 21 victimes qui sont des marchands Momo des réseaux MTN et Moov ont été écoutés. À la barre, chacun d'eux était revenu sur sa mésaventure avec ces deux prisonniers gayman qui les dépouillent en toute tranquillité depuis la prison de Missérété.

 

Des dépositions à la barre, il est à retenir que le système d'arnaque du cybercriminel est très simple. L'un des principaux cerveaux de l'affaire,  aujourd'hui atteint de diabète appelait ses victimes au nom des réseaux GSM. Le motif de ses appels : mettre à jour les cartes sims de marchands Momo.

 

Ensuite, il profitait de cette fausse opération pour vider les comptes de ses victimes. Sur les plus de 60 victimes, 21  ont été entendues par le juge de la CRIET. Les montants qui leur ont été soutirés varient entre 11 000 FCFA et près de 02 millions FCFA. L'envoyé spécial de Libre Express à la CRIET a pu noter que pour ces 21 victimes, les gaymans ont pu soutirer plus de 11 millions FCFA selon les dépositions à la barre.

Dans la même catégorie
Des policiers béninois. Image d'illustration

CRIET : le commissaire de Kompa et un policier déposés en prison

Le commissaire de police de Kompa dans la commune de Karimama, Maxime Adjidowé, a été placé en détention...

L'ex-président guinéen Moussa Dadis Camara risque la prison à perpétuité pour crimes contre l'humanité

Perpétuité requise contre Moussa Dadis Camara pour le massacre du 28 septembre en Guinée

Au procès du massacre du 28 septembre 2009 en Guinée, le procureur a requis ce mercredi 22 mai 2024 la...

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou

Guerre à Gaza : la CPI réclame des mandats d'arrêt contre Netanyahou et des chefs du Hamas

Ce lundi 20 mai 2024, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a demandé l'émission de mandats...

Publicité

Commentaires

Kakpo Amélie Marthe

J'ai été victime aussi comment faire pour introduire mon dossier ?

20-11-23 à 02:00

Laisser un commentaire