gaie-pub

Guinée : au procès du 28 septembre, Dadis Camara évoque un complot organisé par Alpha Condé et Sekouba Konaté

Convoqué à la barre pour donner sa version sur les massacres du 28 septembre 2009, l’ex-chef de la junte, Dadis Camara a évoqué un complot. Il accuse notamment l’ex-président Alpha Condé, le général Sékouba Konaté et son aide de camp, Aboubacar Diakité alias Toumba d’être derrière ce coup.

L'ex-chef  de la junte guinéenne,  Moussa Dadis Camara. Illustration

L'ex-chef de la junte guinéenne, Moussa Dadis Camara. Illustration

Des déclarations chocs de l’ex-chef de la junte militaire guinéenne, Moussa Dadis Camara devant les juges. Ce lundi 12 décembre 2022, Moussa Dadis Camara a fait sa déposition dans le procès du 28 septembre 2009. À la barre, l’ex-chef de la transition guinéenne, Moussa Dadis Camara a évoqué un complot savamment orchestré par des politiques et son aide de camp, Toumba Diakité. 

 

 “Les évènements du 28 septembre 2009 sont la conséquence d’un complot orchestré pour me tuer ou pour me faire partir. C’est le président Alpha Condé, le Général Sékouba Konaté et leur exécutant, Toumba”, a déclaré Moussa Dadis Camara, rapporté par Média Guinée.

 

Selon Moussa Dadis Camara, ce complot a été organisé à la suite de son refus d’arrêter un opposant. “C’est depuis que j’ai refusé d’arrêter Cellou Dalein, Alpha Condé passait désormais tout son temps à l’extérieur. Et depuis là aussi, Sékouba Konaté a changé de comportement envers moi. Donc, Alpha Condé s’est dit qu’il fallait me faire partir”, confie-t-il.

 

LIRE AUSSi : Procès du 28 septembre en Guinée : liberté provisoire rejetée pour Dadis Camara

 

L’ex-chef de la transition guinéenne soutient que le premier complot avait pour but de l’affaiblir et de lui faire un coup d’État. Le deuxième complot organisé par Sékouba Konaté, Alpha Condé et leurs complices avait pour but de le tuer par empoisonnement. “Comme cela n’a pas marché, ils ont fait le troisième complot qui est le massacre du 28 septembre pour me rendre infréquentable. C’est le professeur Alpha Condé même qui a choisi la date du 28 septembre”, a admis Moussa Dadis Camara.

 

Quid des évènements du 28 septembre 2009 ?

 

Le 28 septembre 2009, au moins 150 civils ont été tués par des militaires lors d’une manifestation au stade de Conakry, selon des rapports de la Société civile. Le régime militaire dirigé à l'époque par Moussa Dadis Camara a été accusée par la suite.

 

Devant le tribunal criminel de Conakry, Moussa Dadis Camara a soutenu ce lundi 12 décembre que lors des évènements du 28 septembre 2009, beaucoup de leaders politiques devaient être tués pour l’accuser, selon les comploteurs.

 

“Il était question de tuer Sidya Touré, Cellou Dalein Diallo et même Jean-Marie Doré pour qu’il y ait insurrection et que Sékouba Konaté prenne le pouvoir. Comme cela n’a pas marché, ils ont embobiné Toumba pour me tuer. Et, c’est après ça, ils ont fait leur faux accord de Ouagadougou sans m’associer. Donc, ça là pour que Alpha Condé devienne le président. Sinon, quand on était à Ouaga Tiégboro Camara et Pivi avaient dit que Sékouba Konaté n’allait pas rentrer, mais c’est moi qui ai appelé pour dire de le laisser entrer », a-t-il expliqué.

 

L’ex-président Moussa Dadis Camara et plusieurs responsables de son régime sont poursuivis par la justice. Il s’agit entre autres des faits de : “meurtre, assassinat, vol, pillages, incendies volontaires, vol à main armée, coups et blessures volontaires, outrage à agents de la force publique, torture, enlèvement et séquestration, non-assistance à personnes en danger, violences sexuelles.” 

Dans la même catégorie
L'ex-président centrafricain François Bozizé

Centrafrique : condamnation à la prison à perpétuité pour l'ex-président Bozizé et des chefs rebelles

La justice centrafricaine a condamné aux travaux forcés à perpétuité vingt-trois (23) personnes dont...

Le jeune Martin Hounga

Affaire Martin Hounga au Bénin : l'Association des jeunes juristes (AJJuDiP) appelle les autorités à élucider les circonstances de son décès

Au Bénin, la police républicaine est indexée après la disparition du jeune Martin Hounga. L'affaire fait...

Le journaliste Damilola Ayeni

CRIET : libération du journaliste nigérian Damilola Ayeni arrêté pour terrorisme

Le parquet spécial de la CRIET a libéré ce vendredi 08 septembre 2023 le journaliste nigérian Damilola...

gaie-pub

Commentaires

Tovi Dagbé

Ce Dadis Camara cherche à se tirer d'affaires par tous les moyens.

12-12-22 à 06:30

Laisser un commentaire